LE FESTIVAL

Planche(s) Contact,
un festival qui interroge et révèle  
les multiples identités
photographiques d’une ville

17 octobre - 29 novembre 2015


Comment les photographes découvrent, arpentent et restituent l’imaginaire d’une ville et ses atmosphères ? C’est l’un des enjeux et des bonheurs de la photographie de découvrir quel New York nous est restitué sous le regard d’Alfred Stieglitz, de Robert Franck, de Garry Winogrand, de William Klein, ou de Nan Goldin. Arpenter de nuit ou de jour les Paris de Brassaï, de Willy Ronis ou de Martin Parr, le Valparaiso de Sergio Larrain, ou les rues de Tokyo avec William Klein pour guide….

Dans sa brève histoire, Deauville, dont l’identité est multiple et complexe, s’est prêtée depuis sa fondation en 1860, au jeu des regards et des découvertes. Tour à tour, les Frères Seeberger, Jacques Henri Lartigue, Roger Schall, Willy Rizzo, Robert Capa, Emeric Feher, Gisèle Freund, Henri Cartier Bresson et les photographes de Magnum, Robert Doisneau, Peter Lindbergh et les plus grands photographes de mode l’ont parcourue avec curiosité et l’ont photographiée avec inspiration.

Depuis la création, en 2010, de Planche(s) Contact, festival de créations photographiques à Deauville, Lise Sarfati, Charles Fréger, Massimo Vitalli, Filip Dujardin, Meffre & Marchand, Paolo Roversi, Sarah Moon, Kishin Shinoyama, Lars Turnbjork, Harry Gruyaert, Philippe Ramette, … ont été invités sous forme de commandes photographiques du festival Planche(s) Contact à s’approprier une part de la ville, une part de Deauville.

Leurs photographies inspirées par Deauville sont conservées à l’issue de chaque festival. Elles constituent la collection photographique de la Ville, enrichie année après année. Une collection photographique singulière qui sera révélée et présentée dans le futur projet culturel des Franciscaines, qui ouvrira à Deauville en 2018.

Cinq ans après sa création, Planche(s) Contact s’affirme en 2015 comme le principal festival photographique d’une Normandie qui a joué un rôle essentiel dans l’histoire de la Photographie, comme elle l’a joué dans l’histoire de l’Impressionnisme.
Planche(s) Contact connait en 2015 de nouvelles dynamiques lui permettant de se développer, de tisser des liens plus nourris avec ses partenaires normands et de toucher un public élargi.

Une planche contact reste pour plusieurs générations de photographes, une mosaïque d’images, une narration et la genèse d’une approche photographique. Pour Deauville, Planche(s) Contact s’affirme de plus en plus comme un rendez-vous créatif et festif permettant de partager chaque automne, la longue et forte relation passionnelle, d’une ville, de ses habitants et de ses visiteurs avec la photographie.
 
Philippe Normand
Directeur artistique
Télécharger le dossier de presse >>